ITALIAN CARS CLUB

Nous sommes le 23 Nov 2017 14:12

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Histoire de STANGUELLINI
MessagePosté: 15 Juin 2016 12:26 
Hors ligne
Adhérent ICC
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2003 19:19
Messages: 9013
Localisation: Liège - Belgique
Image

L’histoire de l’étonnante marque Stanguellini est celle du concessionnaire Fiat de Modène qui devint constructeur de voitures de course. Stanguellini est également connu pour ses machines de Formule Junior.

Image

Il est étonnant de constater que c’est dans la même ville et presque dans la même rue que trois sociétés naquirent par passion pour la course automobile et la construction de voitures de course. A Modène, dans la Viale Trento e Trieste, c’est en 1929 qu’Enzo Ferrari mit en place la Scuderi Ferrari. En 1939, les frères Maserati déménagèrent de Bologne vers la Viale Ciro Menotti, pratiquement dans la rue prolongeant celle de la Scuderia Ferrari. Et, dans une autre rue donnant sur celle de la Scuderia, se trouva la concession Fiat de la famille Stanguellini. Lancée en 1925, elle évolua dans la seconde partie des années 30 vers la construction de voitures de sport sur base de Fiat.

Image

La famille avait déjà un lien fort avec l’automobile. Alors que, en 1897, Celso Stanguellini avait lancé un atelier d’instruments de musique à percussion, le fils Francesco débuta à 21 ans comme fabriquant, vendeur et loueur de vélos. Fasciné par l’automobile, il participa à des courses en SCAT et Ceirano tout en étant régulièrement copilote de Vincenzo Lancia. Il inaugura la première concession Fiat de Modène et immatricula la première voiture de la région, une Fiat Zero avec la plaque MO-1. Elle est toujours visible dans le musée de la famille. Francesco s’associa avec le fabriquant de motos Mignon, une collaboration dont Enzo Ferrari s’inspira quatre ans plus tard dans le cadre de l’équipe automobile avec Alfa Romeo.

Technologie
Francesco Stanguellini décédant prématurément en 1932, son fils Vittorio, âgé de 22 ans, reprit la responsabilité de la société familiale. Sur insistance de la famille, Vittorio avait terminé des études de gestion d’entreprise, mais c’était cependant la technologie qui le passionnait. Plus particulièrement, il était attiré par les capacités d’améliorer les performances des voitures standards, bien aidé par de très bonnes capacités analytiques. Le pas de la théorie à la pratique fut rapidement franchi et le jeune homme rendit rapidement les rues de Modène peu sûres avec des préparations jugées alors impossibles. En conséquence, la concession devint rapidement le point de rendez-vous de jeunes enthousiastes. En 1936, Vittorio se laissa alors entrainer par ses amis Nando Righetti et Mario Camellini pour se lancer dans le sport auto « officiel ». Avec une Fiat Balilla 508 CS, le team termina quatrième de la Mille Miglia avant de participer aux 24h de Francorchamps avec le soutien logistique de la Scuderia Ferrari. Il améliora ensuite avec succès une Maserati 4C 1500.

Image

Image
Enzo et Vitttorio

Voitures de course
L’année suivante, Vittorio Stanguellini construit sa première voiture de course sur base Fiat pour participer au nouveau championnat automobile national. La règlementation imposait simplement un châssis standard et une cylindrée inchangée. Stanguellini conçut alors la 750 Sport Nazionale (basée sur une Fiat 500 (569cc)) et la 1100 Sport Nazionale (basée sur une Fiat 508). Les deux avaient une carrosserie en forme de torpédo roadster sans garde-boues visibles. Le succès fut au rendez-vous. En 1938, la Scuderia Stanguellini fut créée et accueillit une Maserati 6CM 1500 pilotée par l’ex-Scuderia Ferrari Francesco Severi. Celui-ci gagna sa catégorie dans la 28ème Targa Florio tandis que Giulio Bavarelli gagna la sienne avec sa 750 Sport Nazionale dans la 12ème Mille Miglia. La marque d’illustra ensuite, même hors d’Italie. Suite à un accident mortel dans la Mille Miglia 1938, la course n’eut pas lieu l’année suivante, remplacée par la course Tobrouk-Tripoli où Bavarelli remporta sa catégorie. Pendant ce temps, Stangarelli se lança dans une voiture étonnamment basée sur une limousine Fiat 2800. Pari gagné car elle remporta des courses durant plusieurs années, concurrençant les Alfa Romeo.

Image

En 1940, la marque remporta aux Mille Miglia les catégories 750 et 1100. Ensuite, la guerre mit les compétitions à l’arrêt et Stanguellini en profita pour étudier et expérimenter de nouvelles idées. Il réalisa également un banc d’essai utilisé plus tard par Ferrari et Maserati. Cependant, la guerre terminée, le temps était au bilan avec bien des ouvriers morts au combat et une usine bien abîmée, à l’image du nord de l’Italie, région la plus touchée du pays.

Image

Le 19 mai 1946, une course de côte de 7km fut organisée près de San Remo. Stanguellini gagna la catégorie 750 mais aussi le général avec la 1100. Ce fut le moment où le règlement international fut modifié, offrant d’autres possibilités de s’illustrer. En 1947, le modèle 1100 Sport Internazionale fut mis au point sur base non plus du châssis Fiat mais d’un tubulaire. Il n’y eut alors plus de course italienne sans victoire d’une Stanguellini. En 1949, une culasse à double arbre à cames en tête en alu fut placée sur le bloc Fiat avant qu’un moteur 750 entièrement développé et produit par Stanguellini ne renforcèrent encore l’image de la marque. Dessiné d’une page blanche par l’ingénieur Oberdan Golfieri, il montait à 9000t/m. Les victoires en catégorie 750 se succédèrent, comme en 1952 (Targa Florio) et en 1957 (Sebring). Moins heureuses, les tentatives de Stanguellini aux 24h du Mans 55, 56 et 57. Fin des années cinquante, les anglais et les français, armés de voitures à excellente tenue de route, aérodynamiques et disposant de moteurs de série devinrent de redoutables concurrents face aux italiens, plus focalisés sur la motorisation. Les coûts pour proposer des voitures performantes explosèrent tandis que la tragédie du Mans en 55 et la fin des Mille Miglia en 57 réduisirent les possibilités de participation. Les beaux jours de Stanguellini semblaient derrière lui.

Berlinetta
La qualité de ses relations avec Fiat et une bonne collaboration avec Bertone permit alors à Stanguellini de concevoir une voiture de tourisme nommée Berlinetta. Tandis que Bertone se focalisait sur la carrosserie, il recherchait le meilleur de la mécanique, le 1100cc offrant alors la puissance respectable de 60ch. En 1953, si les 1100 Berlinetta furent une tentative audacieuse d'apporter plus de commandes, seules quatre voitures ont été produites.

Image

Monoposto
En 1955, Vittorio Stanguellini conçut des monoplaces pour la classe 750 Corsa, successeur de la Formule 3 (500cc). Il n’y eut cependant que quatre courses, le championnat revint à Stanguellini via son pilote Renato Pirocchi. Stanguellini eut alors l’envie de participer au GP de Monaco mais abandonna celle-ci, si faibles étaient ses chances face aux bolides 2500cc. En mars 1957, naquit la formule Junior avec une cylindrée maxi de 1100cc provenant d’une voiture de tourisme et dont les principaux composants (transmission et suspension) devaient provenir du fabricant du moteur. Poids minimal 400kg. Stanguellini choisit alors la Fiat 1100/103 comme donneur tout en détournant le règlement en optant pour une suspension avant de Fiat 500C. Par après, il se conforma au règlement. Le résultat fut une sorte de petite Maserati 250F. Avec une quarantaine de voitures inscrites dans des courses de toute l’Europe, ce fut une bonne opportunité pour Stanguellini qui en construisit finalement presque 200 exemplaires.

Image

Image
GP sur glace à Cortina D'Ampezzo 1959

Formule Junior
Lors de la première course en Formule Junior, Stanguellini signa huit des dix premières places. Par la suite, la concurrence se fit plus sévère avec des anglais Lola, Gemini, Elva (aussi avec moteur avant), Cooper (cette année-là champion du monde F1 avec J. Brabham) et Lotus (qui place le moteur ‘Kent’ de la Ford Anglia à l’arrière). En conséquence, 1960 ne représenta plus pour Stanguellini autant de victoires, bien que Harry Carter gagna la Vanderbild Cup de Long Island et que la marque s’attribua les championnats français et italien.

Image

Au total, une centaine de courses furent gagnées en Formule Junior. Stanguellini étudia entretemps une Formule Junior à moteur Fiat 1100 placé à l’arrière, utilisé en première à Daytona (pole mais abandon en course). L’enthousiasme de l’équipe fut cependant touché lorsqu’ils constatèrent que les anglais avaient pu franchir la limite de 100 ch/litre, soit 10 de mieux que lui.

Derniers projets
Stanguellini se concentra alors sur la voiture de record Colibri (moteur Moto Guzzi 250) avec laquelle, le 6 octobre 1963, il tomba 6 records de vitesse à Monza.

Image

Bien plus tard, en 1971, il collabora à un projet d’Alfred Momo, distributeur Jaguar à New York, consistant en une automobile combinant la puissance des Ferrari et le prestige des Rolls Royce. La Momo Virage fut cependant avortée tant pour causes financières que de par la crise du pétrole. Vittorio se recentra alors sur ses activités de concessionnaire Fiat avant de décéder en 1981.

Image

Aujourd’hui
La concession est toujours opérationnelle et la descendance a conservé une passion pour l’automobile. Si Francesca Stanguellini a couru en Formule Ford, son frère Simone a participé au Ferrari Challenge. En 2003 et 2004, il a également participé aux 25h VW Fun Cup à Francorchamps.

Image
Francesca et Simone

Et à Modène, la famille possède un musée relatant toute l’histoire de la marque.

Source : internet et OK magazine (NL)

_________________
Lancia Beta Spyder 1979 - Nissan Figaro 1991

« Quand je vois une Alfa Romeo, j’ôte mon chapeau » - Henry Ford (191X)
« Quand je vois une Alfa Romeo, je pleure en pensant au passé de cette marque » - Thierry (2014)


Haut
   
 
 Sujet du message: Re: Histoire de STANGUELLINI
MessagePosté: 07 Oct 2016 8:10 
Hors ligne
Habitué ICCiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Oct 2003 9:57
Messages: 230
Bonjour à tous

Stanguellini Monoplace - Ventes Sotheby's Paris Février 2016

16 photos---> https://www.flickr.com/photos/125618686 ... 4288021131

Image

A bientôt
Baboon

_________________
http://alfa-romeo-classique.forumactif.com/forum.htm
http://alfaromeotransaxales.forumactif.info/index.htm
http://secma-f16passion.forumactif.net/forum.htm

Image


Haut
   
 
 Sujet du message: Re: Histoire de STANGUELLINI
MessagePosté: 07 Oct 2016 14:59 
Hors ligne
ICCiste Festif

Inscription: 17 Mai 2007 16:06
Messages: 1853
Localisation: Paris/Blois
Merci pour l'article.
Sympa la photo d'Enzo et de Vittorio. J'aurais eu bien envie d'être à Modena dans les années 30.
Je ne savais pas qu'il y avait un musée Stanguellini via Emilia est. C'est à 10 mn du musée Ferrari et de l'usine de Maserati.

_________________
Beta Spyder2000Image, Maserati 420SI Image,Lexus LS400 Image


Haut
   
 
 Sujet du message: Re: Histoire de STANGUELLINI
MessagePosté: 07 Oct 2016 16:46 
Hors ligne
Adhérent ICC

Inscription: 04 Aoû 2006 14:32
Messages: 3927
Localisation: reims
On a visité le musée avec le club Lambo il y a qq années. Très sympa. Pas énorme mais gratuit si je me souviens bien, pas mal d'autos de la marque de toutes époques (monoplaces, auto de record..), et quelques Ferrari/Maserati/Alfa/Lancia/Porsche/Jag de leur collection.
Très original.
PLM

_________________
----------------------------------------------------------
www.EvenExpoS.com
le site de toutes les manifestations en France
----------------------------------------------------------


Haut
   
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com